Test du menu
 
Difficultes

 

Les Difficultés de la Généalogie Protestante dans le Pays de Caux


La généalogie Protestante & ascendante ne pose à priori aucun problème particulier. Les sources sont simplement différentes.
Les difficultés débutent généralement à l'époque de la Révolution Française. On consulte les tables communales sans résultat
puis les tables Cantonales également sans résultat : on pense que les révolutionnaires de 1789
ont saccagé les archives de la commune en question. Certes il y a bien quelques lacunes dans certaines communes
mais la révolution n'explique pas tout. En revanche, vous constaterez par exemple
dans la table cantonale Criquetot l'Esneval que l'on ne compte que trois mariages Campart avant 1832.
Ces trois mariages couvrent la période 1793-1817, hors les Campart sont malgré tout présents dans le canton depuis environ 1687.
…..Pourquoi un tel trou ?

Avant l'édit de tolérance (1787 ) les protestants ne se marient pas dans les églises
( la religion réformée est interdite, les mariages mixtes sont interdits.
Les mariage sont contractés par contrat devant les notaires de la région dans les communes
de Goderville Criquetot St Romain de Colboc Montivilliers
Quelques prêtres pour des raisons financières acceptaient de bénir des mariages Protestants.....................................
Il n'est pas rare de voir une personne abjuré & se marie le lendemain avec un ou une Catholique
De nombreux mariages ont été régularisés lors de l'Edit de Tolérance du 28 novembre 1787.
L'enregistrement de cet Edit par le parlement de Normandie ayant eu lieu au début de 1788.
Quelques dépouillements de ces Edits dont au moins un est aux archives du Havre.
Ces registres vous donnent la liste des mariages à des dates souvent éloignées 1740 ou 1742
par exemple Pour les baptêmes pas de problèmes particulier, en règle générale les enfants sont baptisés église.


la place de trouver la formule classique enfant légitime de .... on trouve .......enfant des œuvres de ...
ou du prétendu mariage de .... puisque non célébré a l'église ! & donc non reconnu par le prêtre.
C'est parfois même une confirmation. Voici un exemple de baptême dont les parents sont Huguenots !
Un autre élément qui peut vous mettre sur la piste... les prénoms de ces ancêtres... on y trouve des Jean-Baptiste,
Abraham Jacob Samuel en fait les prénoms des apôtres Daniel Jean, .... mais aussi les prénoms Isaac Israël
Pour les femmes nous avons Marie Judith Judic
Les minutes des notaires sont donc riches en renseignements ( contrats de mariages, inventaires après décès. mises sous tutelles )
Les dépouillements des naissances d'une commune permettent de reconstituer les familles.

Pour les décès c'est un peu plus dur ! En général toutes les personnes baptisées sont inhumées à l'églises
Si non il possible aussi de les retrouvé dans les registre de l'édit de tolérance ainsi que les permis d'inhumé
existant en principe depuis 1737
il n'existait pas de cimetière protestants & les Huguenots étaient inhumés dans les jardins ou les cours de fermes.
Les cimetières sont apparus à l'édit de tolérance .

ernière mise à jour 25-jui-05